dimanche 20 août 2017

Shoah et bande dessinée

La mémoire contemporaine réserve une place particulière à la Shoah, un événement sans précédent dans l’Histoire. Le propre de tout événement est d’être historicisé, médiatisé, bref de devenir sujet de fiction. Le génocide des Juifs d’Europe ne pouvait y échapper. Non sans prudence, erreurs et tâtonnements, parfois avec génie, la bande dessinée s’est donc emparée de la Shoah.
C’est ce parcours historique et artistique dans ce qu’il est convenu d’appeler le 9ème art que vous invite à explorer jusqu’au 30 octobre l’exposition Shoah et bande dessinée, en interrogeant les sources visuelles de ces représentations, leur pertinence, leur portée et leurs limites.
Il appartenait logiquement au Mémorial de la Shoah de s’emparer du sujet, de s’interroger sur les tenants et les aboutissants de cet art, populaire s’il en est, et ce dans toute sa diversité, des comics à la bande dessinée franco-belge, des romans graphiques aux mangas.
Autour de cette exposition, de nombreuses rencontres sont organisées au Mémorial, dont celle du 22 janvier 2017 sur le thème "Pourquoi les super-héros n’ont-ils pas libéré Auschwitz ?" avec la présence exceptionnelle de Chris Claremont, l’homme qui fit de Magneto (X-Men) un rescapé de la Shoah.
Le catalogue Shoah et bande dessinée : L'image au service de la mémoire publié chez Denoël Graphic fait écho à l’exposition et en approfondit le questionnement, donnant à voir comment l’image au service de la mémoire a fait passer l’horreur indicible de l’ombre à la lumière.

Derniers articles