Loading...

Le Christ offensé

Le Christ offensé
En Andalousie, l'affiche officielle retenue pour les festivités de la Semaine sainte à Séville, suscite la colère des milieux ultraconservateurs qui réclament son retrait, la jugeant offensante pour les catholiques. Présentée samedi dernier, cette affiche réalisée par l'artiste sévillan Salustiano García avec pour modèle son fils, montre le Christ ressuscité légèrement couvert au niveau de la taille par un linceul blanc. De quoi choquer certains, comme l'Institut de politique sociale, organisation ultra-conservatrice, qui dénonce une véritable honte et une aberration.
L'organisation de la Semaine sainte a, pour sa part, défendu la représentation de la partie lumineuse de la Semaine sainte, dans le style propre à ce peintre prestigieux dont les œuvres sont exposées dans les galeries du monde entier. Les associations conservatrices ont réclamé le retrait de cette affiche, qui doit être diffusée dans l'ensemble de la ville, car elles jugent le Christ trop "efféminé" et "maniéré" dans cette représentation et ont, par ailleurs, demandé des excuses publiques de la part de Salustiano García. Ces critiques ont, bien entendu, été relayées par le responsable du parti d'extrême droite Vox à Séville, Javier Navarro, qui considère que l’affiche ne répond pas à l'objectif pour lequel elle a été conçue, à savoir encourager la participation dévote des fidèles.
Quant aux socialistes au pouvoir en Espagne, ils ont pris la défense de l'affiche, dénonçant le caractère homophobe et haineux des attaques, selon les termes de leur responsable en Andalousie, Juan Espadas, qui a défendu l'alliance de tradition et de modernité caractéristique de cette région.
Les processions de la Semaine sainte, qui commémorent la Passion, la mort et la résurrection du Christ, occupent une place importante en Espagne, pays où les traditions catholiques restent très présentes et singulièrement à Séville, considérée comme la "capitale" de ces défilés religieux.