dimanche 20 septembre 2020

MCCALL Robert

Partage :

Liens :

Biographie

Robert Theodore McCall est né à Columbus, Ohio, le 23 décembre 1919. Son père est instituteur et il grandit dans des conditions très modestes. Si son grand-père était l’exemple même du médecin de campagne américain, il avait également été rédacteur en chef pendant quelques années pour l'American Medical Journal, distinction très particulière pour un simple médecin de l'Ohio. Il avait écrit de nombreux articles, que le père de Bob avait conservés et il se souvient les avoir lus et avoir parcouru les vieux livres de médecine quand il avait huit, neuf ou dix ans. Mais le jeune Bob McCall lit aussi des magazines achetés dans des magasins d'occasion ou sortis de la collection de son grand-père, des magazines de science-fiction, ainsi que d'autres sur la technologie et l'exploration.
Bob McCall sait dès l'âge de huit ans qu'il veut être artiste, même il s'intéresse aussi beaucoup à la science et à la technologie. Pendant un certain temps, sa famille a nourri l'espoir qu'il deviendrait médecin, comme son grand-père, mais à l’adolescence son talent pour le dessin est devenu évident. Il dessine des choses qui l'intéressent, des sujets militaires, des conflits et des batailles, des chevaliers et leur armure dont l’esprit aventureux le fascine toute particulièrement.
Les astronautes n’existent pas à la fin des années 20, seulement des histoires d'aventures spatiales dans des pulp magazines et Bob se souvient encore des premières machines volantes qu'il a vues, un groupe de biplans qui rugissait bas au-dessus de Columbus quand il avait environ sept ans. Puis à l'Ohio State Fair, il découvre d'anciens bombardiers en surplus de la Première Guerre mondiale, qui lui paraissent énormes et dont il aime le bruit, un son puissant et puissant. Il grandit fasciné par les avions et les cratères lunaires qu’il découvre à travers un télescope.
Diplômé de l'école secondaire, il remporte une bourse à la Columbus Fine Art School. Comme beaucoup d'Américains, il commence à travailler avant même la fin de ses études et à dix-sept ans, il est employé dans un magasin d'enseignes local, qui fait des affiches pour les tramways et les panneaux publicitaires extérieurs.
Il a de nouveau l’occasion d'entendre encore et encore le rugissement puissant des moteurs d'avions lorsqu'il rejoint l’Army Air Corps pendant la Seconde Guerre mondiale, à Kirtland Field juste à l'extérieur d'Albuquerque, au Nouveau-Mexique. Heureusement pour lui, la guerre prend fin avant qu'il ne soit envoyé à l'étranger. Mais à Albuquerque, il a rencontré Louise Harrup, qui étudiait les beaux-arts à l'Université du Nouveau-Mexique et qui va rapidement devenir son épouse.
Après la guerre, Bob et son épouse se rendent à Chicago, où il travaille dans le monde exigeant de l'art publicitaire. Son objectif est de devenir un illustrateur de premier plan, comme Norman Rockwell ou NC Wyeth et il sait que pour cela, il devra finalement se retrouver à New York. Donc la première étape pour lui c’est Chicago.
En trois ans il est prêt et en 1949, lui et Louise, déménagent pour New York. Au lieu de se concentrer sur l'art publicitaire, Bob commence à peindre des illustrations pour les magazines. Il travaille pour Life, The Saturday Evening Post et même son amour de jeunesse, Popular Science, une grande partie de son travail portant sur l'aviation.
Dans les années 1950, le programme spatial commence. Tout comme les pilotes d'essai sont passés des avions à réaction aux vaisseaux spatiaux propulsés par des fusées, le peintre Bob McCall fait de même. Tout l’inspire, il est à la frontière de l'aviation, tout est visuellement théâtral, dramatique et le son est une expérience impressionnante, le son est tout simplement incroyable! Bob McCall traduit son enthousiasme de jeunesse pour dessiner des chevaliers en armure étincelante sur des coursiers animés en peintures d'astronautes intrépides dans des véhicules spatiaux étincelants, réels et imaginaires.
Il entre dans le programme spatial via une connexion avec l'Air Force. Au milieu des années 50, l'Air Force commence à inviter des artistes à voyager dans des bases aériennes et des installations partout dans le monde. Là, les artistes font des croquis, prennent des photos, puis retournent dans leurs ateliers pour produire des peintures qui sont présentées chaque année à l'Air Force lors d'un dîner spécial. Pour Bob McCall, ce n'est pas seulement une chance d'être avec les hommes et les machines qu'il aime dessiner, c'est une opportunité de voir le monde. Il visite le Louvre et les autres grands musées d'Europe pour la première fois, et surtout, il vole dans toutes sortes d’avions.
Avec le temps, McCall a fait don de 45 tableaux à l'Air Force. Ils sont accrochés au Pentagone, à l'Air Force Academy et dans les bases aériennes du monde entier. D'autres font partie d'une exposition itinérante, ouverte au public. Lorsque la National Aeronautics and Space Administration (NASA) a été créée, ses administrateurs ont décidé de lancer un programme artistique similaire. McCall a été parmi les premiers à être invité à participer, avec certains des peintres les plus connus aux États-Unis, tels que Jamie Wyeth, Peter Hurd, Robert Rauschenberg et Norman Rockwell.
Bob McCall tombent immédiatement sous le charme des fusées et des astronautes de la NASA. Il devient un témoin visuel du programme spatial, couvrant chaque lancement majeur, souvent à ses frais, car la NASA ne peut pas inviter à chaque fois le même peintre. Mais Bob McCall est là, à chaque fois. Il est avec les astronautes quand ils enfilent laborieusement leurs combinaisons spatiales encombrantes. Il essaye même lui-même, pour voir à quoi cela ressemble de l'intérieur. Il monte avec eux dans l'ascenseur à portique et les regarde grimper dans leur vaisseau spatial. Il se tient dans le centre de contrôle pendant le compte à rebours et esquisse les derniers moments de tension avant le lancement. Il est même sorti sur un porte-avions pour assister à la récupération des astronautes après un atterrissage dans l'océan.
En plus de peindre l'histoire du programme spatial américain, McCall commence à peindre le futur. L’aventure commence avec des peintures de futurs vaisseaux spatiaux faites pour le magazine Life au début des années 1960. Elle s’accélère lorsque Stanley Kubrick l'invite en Angleterre pour peindre des affiches publicitaires pour le film 2001: A Space Odyssey. Là, il rencontre non seulement Kubrick, mais Arthur C. Clarke, l'écrivain dont le travail dans la science-fiction et la technologie de l'ingénierie a contribué à créer le programme spatial et les premiers satellites de communication.
McCall n’imagine pas seulement le vaisseau spatial de demain, mais toute la gamme de l'expérience humaine dans un avenir où nous utiliserons notre technologie pour construire une vie d'abondance et d'aventure. Au contraire des futurologues et des pronostiqueurs professionnels qui prévoient beaucoup de tristesse dans un futur proche, McCall voit un avenir très brillant dans lequel il lui semble que tout sera possible.
Le caractère unique de la vision de demain de Robert McCall est que ce qu'il voit de son œil intérieur, il le met sur toile dans des peintures qui, si elles ont toute la palette et la puissance d'une imagination audacieuse, ont également le souci du détail et la rigueur pour nous convaincre que ces scènes futuristes peuvent être mises en place par des mains mortelles. Grâce à son talent, nous pouvons également voir cet avenir, l’inspecter, en profiter et décider de l'aider à le construire.
Robert McCall regrettera toujours de ne pas avoir pu se rendre dans l'espace. En effet, lorsque la NASA a lancé un programme pour emmener des civiles dans la navette, il était sur la liste, mais la mort de Christa McAuliffe, une enseignante, dans l’explosion de la navette spatiale Challenger le 28 janvier 1986, a mis fin à ce programme.
McCall est un fondateur de l'American Society of Aviation Artists et a été intronisé au Temple de la renommée de la Society of Illustrators à New York en 1988.
Robert McCall avait 90 ans et peignait quand il est décédé d’une crise cardiaque fatale à Scottsdale, en Arizona, le vendredi 26 février 2010.

Bibliographie

logo fanta dragon4
fantasleria.fr utilise des cookies.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.