Daarken

Daarken
Michael Lim est né le 8 janvier 1981 à Temple, petite ville tranquille du Texas où il grandit entouré par les chevaux. D'aussi loin qu’il se souvienne, il a toujours aimé dessiner. Au début, des peintures de chars et d’hélicoptères à l’aquarelle, puis des copies de bandes dessinées et de couvertures de jeux vidéo à la plume et à l’encre. L'une des premières copies dont il se rappelle était la couverture de Fist of the North Star sur la Game Boy originale en 1989. Lorsqu’Image Comics fait son apparition, il est époustouflé par Spawn et il commence alors à s'intéresser à des artistes fantastiques comme Brom et Boris Vallejo. Il ne sait pas si c'est parce qu’il n'a rien de mieux à faire, ou si il est sans le savoir prédestiné à créer de l'art, mais tout ce qu’il sait, c'est qu’il passe beaucoup trop de temps enfermé dans sa chambre, un Sharpie à la main. D’ailleurs à l'époque, il ne considère pas vraiment l'art comme une carrière, c'est juste quelque chose qu’il aime faire.
Lorsqu’il commence à jouer à Dungeons & Dragons, il conçoit ses propres cartes, armes et armures. En fait, il ne joue même pas vraiment au jeu ! Insatisfaits et dotés d'une imagination débordante, son meilleur ami et lui ont entrepris de créer leur propre jeu et passent d'innombrables heures à rédiger des règles, à dessiner des cartes et, bien sûr, à concevoir différentes boutiques où nos héros pourraient acquérir des vêtements spectaculaires. En réalité, il est amusant de constater qu’ils passent plus de temps à créer le jeu qu'à y jouer. Il aime aussi collectionner et peindre des figurines, qu’ils utilisent dans leur jeu, qui s'appelait Dragon Shadow ou quelque chose d'aussi stupide.
Il joue ensuite beaucoup à Magic au lycée, c’est l'époque de Ice Age, Revised, Homelands et Fallen Empires et lorsque son magasin de bandes dessinées local organise des tournois auxquels il participe toujours, il lui arrive parfois de remporter la première place.
Tout au long du collège et du lycée, Michael est connu comme celui qui sait dessiner. En 5ème ou 4ème, quelques-uns de ses dessins sont même accrochés dans la vitrine de l'école, mais quelques jours plus tard, quelqu'un les lui avait volés. Sa première expérience de vol d'œuvres d'art ! Bien qu’il dessine presque tous les jours, il n’envisage jamais vraiment de faire carrière dans l'art. Bien sûr, c'est amusant, mais peut-on vraiment en vivre ?
Après le lycée, il s’inscrit à l’université du Texas d’Austin pour étudier les sciences de l'informatique. Ce n'est qu'après son premier semestre qu’il décide qu’il n’est plus intéressé par la programmation informatique et comme il ne sait pas quoi faire, il décide de s'orienter vers l'art, car c'est quelque chose qu’il a toujours aimé. Il sait qu’il ne veut pas aller dans une école publique pour étudier l'art parce que, soyons honnêtes, la plupart des programmes d'art dans les écoles publiques sont une plaisanterie. Comme il adore les jeux vidéo, il veut aller aller dans une école qui permet aux étudiants de se concentrer sur l'art des jeux vidéo. Il cherche sur internet et trouve une école qui offre exactement ce qu’il cherche, l'Academy of Art University à San Francisco. C’est décidé, pour son dernier semestre il suit les cours qui pourraient être utiles dans une école d'art, comme la biologie et l'histoire de l'art, afin de se préparer à ses prochaines études.
À l'époque, il vit encore à Temple, au Texas et n'a jamais quitté l'État. Il sait que c'est un grand pas en avant à faire, mais il est fermement décidé. Non seulement il vit un véritable choc culturel avec son déménagement, mais il est également impressionné par le fait de se retrouver dans une ville aussi extraordinaire et de fréquenter l'une des seules écoles d'art d'Amérique à proposer une spécialisation dans les jeux vidéo. Il est enfin dans un environnement qui encourage l'art et ne le condamne pas. Lorsqu’il n’est pas en classe, il participe aux nombreux ateliers de dessin dans l'espoir de devenir un meilleur artiste et comme il passe la plupart de ses journées avec un carnet de croquis, même au café, il ne faut pas longtemps pour qu’on le surnomme affectueusement "le gars qui aime dessiner les deltoïdes". En 2003, son travail est sélectionné pour l'exposition annuelle de printemps de l’Academy of Art et, en 2004, il remporte la première place dans le cours facultatif d'art avancé. La même année, après trois longues années passées à dessiner des deltoïdes et à jouer à des jeux vidéo, il obtient sa licence en illustration traditionnelle.
Il trouve vite un boulot de concepteur dessinateur chez Mind Control Software, un développeur de jeux vidéo basé en Californie. Neuf mois plus tard il décide de se lancer dans l'industrie en freelance à plein temps. Il envoie des mails un peu partout ainsi que des copies physiques de son portfolio par courrier postal, c’est la règle à cette époque. Personne ne lui répond et comme il ne sait pas trop quoi faire d'autre, il reste assis à jouer à des jeux vidéo pendant environ trois mois. Puis un jour en 2004, il reçoit un appel téléphonique de Fantasy Flight Games et un de Wizards of the Coast pour lui proposer un emploi. Wizards of the Coast, c’est pour travailler sur Dungeons & Dragons, ce qu’il accepte immédiatement et deux ans plus tard, avec l’accord de son directeur artistique, il commence à travailler sur les cartes Magic. Il travaille également pour Fantasy Flight Games et consacre l’année 2005 à travailler sur une vingtaine de projets, puis dès 2006 il recommence à faire des dessins pour les jeux vidéo, tout en continuant à travailler en freelance.
C'est ainsi qu'a commencé sa carrière d’artiste conceptuel, tout en jouant occasionnellement à des jeux vidéo. Durant ces premières années, il enseigne également un atelier d'illustration numérique à l'Academy jusqu'en 2007, date à laquelle il va déménager.
Ses véritables capacités en matière de jeux vidéo sont mises à l'épreuve lorsqu'il reçoit, en 2007, un mail de BioWare Mythic lui demandant s’il souhaite un poste à temps plein en tant qu'artiste conceptuel pour Warhammer Online : Age of Reckoning. Comprenant qu’il peut combiner ses deux passions en une gigantesque boule de folie, il prend l'avion pour la Virginie afin de passer un entretien et est embauché peu de temps après.
C’est à cette époque, qu’il prend le pseudo de Daarken. Sur conceptart.org, qu’il fréquente assidument, il décide qu'il lui faut autre chose que "Mike". Il y a beaucoup de Mike, alors il veut quelque chose qui se démarque. Pour vous donner une idée de la fréquence du prénom, sur les neuf artistes conceptuels travaillant sur Warhammer Online, trois s'appellent Mike. Les gens mentionnent toujours à quel point son art est sombre, à la fois en termes d'ambiance et de palette. Comme il a également tendance à passer son temps à peindre des personnages et des créatures sombres et maléfiques, il lui a semblé naturel d'inventer le nom de "Daarken". Il a ajouté un "a" supplémentaire car "darken" est un vrai mot. Il fallait être différent, sans cela l’idée aurait semblé bizarre et puis c’est plus cool. Mike est un nom très courant, il est donc plus probable qu'un client se souvienne de quelqu'un qui s'appelle Daarken que de quelqu'un qui s'appelle Mike.
Après trois ans de travail en tant qu'employé, à créer des monstres et des zombies, il décide de se remettre à travailler en freelance à plein temps et se rend compte qu’il a beaucoup de chance. En effet, il n'a jamais à chercher du travail, car ses clients le contactent toujours.
La route a été longue et semée d'embûches, mais chaque pas en valait la peine et Daarken travaille donc maintenant en freelance pour des clients comme Mind Control Software, Wizards of the Coast, Fantasy Flight Games, Brick Design Group, Breakaway Games, Triad Toys, Widescreen Games, Digital Extremes, Upper Deck, One Ton Ghost, 3D Total, Blizzard Entertainment, Bioware Mythic, ImagineFX, Pasozebra Producciones, Big Huge Games, Trion Worlds, Inc., Honda...
Gerald Brom a été sa plus grande influence quand il était enfant et son travail lui a vraiment donné envie de devenir un artiste de fantasy. Aujourd’hui, il y a trop d'artistes qu’il aime, mais certains de ses préférés au fil des ans ont été Sargent, Leyendecker, Cornwell, Bouguereau, Anders Zorn, Justin Sweet, John Sweeney, Alex Konstad, Jaime Jones, Paul Bonner, Aleksi Briclot, Karla Ortiz... et il peut continuer encore et encore.
En 2009, la peinture Poised de Daarken a été choisie pour être exposée au Museum of American Illustration à New York dans le cadre de l'exposition annuelle Spectrum. Son livre d’art, Elysium The Art of Daarken, est sorti en 2012 chez 3DTotal Publishing Ltd.
Michael ‘Daarken’ Lim vit et travaille à Maple Valley, dans l’état de Washington.