mardi 31 janvier 2023

Heavy Metal 1979

Présentation

Le premier numéro de Heavy Metal est daté du mois d'avril 1977 et mis en vente courant mars. Le magazine bénéficie dans ses premiers mois d'une promotion considérable et une soirée de lancement fastueuse est même organisée au musée Guggenheim de New York, en présence notamment de John Cassavetes. La revue est alors présentée comme une publication française, une quasi-réplique de Métal Hurlant aux États-Unis, avec seulement un petit supplément d'américanité. Le National Lampoon dans un de ses textes de présentation affirme que "Les artistes et les auteurs de fantasy les plus doués d'Europe ont fait de Métal Hurlant le nouveau magazine dont on parle le plus en France, et aujourd'hui, les éditeurs du National Lampoon vous offrent Heavy Metal, en anglais, avec de la fiction et des illustrations supplémentaires.... Rien de tel n'a jamais été fait dans ce pays".
Dans le n°16 d'avril 1977 de Métal Hurlant, Jean-Pierre Dionnet et Philippe Manoeuvre annoncent à leurs lecteurs qu'ils partent aux États-Unis pour assister au lancement de "la version américaine de Métal Hurlant". À l'intérieur même du magazine américain, par exemple le n°7 d'octobre 1977, les publicités qui accompagnent les offres d'abonnement vont même jusqu’à vanter "The lllustrated fantasy magazine from France". Malgré ce discours commun, les relations contractuelles sur lesquelles est bâtie la collaboration entre les deux magazines annoncent autre chose qu'une duplication de la revue française.
Les Humanoïdes Associés n'ont pas les capitaux nécessaires pour lancer le magazine par eux-mêmes aux États-Unis et ils se contentent de céder l'exploitation de leurs contenus à 21st Century Communications, la compagnie mère du National Lampoon. Celle-ci peut donc puiser à sa guise dans les bandes dessinées publiées par le magazine français pour composer sa propre publication. Heavy Metal va logiquement opter dans un premier temps pour une exploitation sélective de ce fond, représentant deux ans de publication de Métal Hurlant, plutôt que de s'aligner sur les derniers numéros en date. Cette sélection n'est pas neutre. Elle vise à présenter d'emblée les meilleurs récits de certains créateurs et à resserrer les délais de publication des bandes parues en épisode. Elle permet aussi d'ajuster la gamme des récits disponibles dans cette version américaine, en éliminant des bandes dessinées dissonantes ou qui ne relèvent pas directement des genres dans lesquels Heavy Metal souhaite s'inscrire.
Il ne s'agit donc pas pour Heavy Metal de reproduire à l'identique la formule de Métal Hurlant, mais de pratiquer les ajustements nécessaires pour s'adapter à un écosystème éditorial. L'humour et les pages d'actualité culturelle sont donc dans un premier temps omis au profit d'une concentration exclusive sur la fantasy. L'érotisme, limité essentiellement aux seins nus de jeunes femmes, apparaît aussi plus présent que dans les numéros correspondant de Métal Hurlant. Il faut sans doute y voir à la fois un héritage de l'appétit pour la chair de l'underground américain d'une part, une stratégie délibérée de la part d'un éditeur ayant éprouvé l'efficacité de cette méthode et enfin une exploitation opportuniste de la réputation de sensualité de la culture française de l'époque. Métal Hurlant ne rechignait pas à présenter des poitrines dénudées pour attirer le lecteur vers des récits tout autres. Heavy Metal non plus.
Dès 1979, Heavy Metal abandonne son statut de simple traducteur de bandes dessinées françaises pour publier des auteurs et artistes américains. Un savant mélange de BD, de science-fiction, de fantasy et une touche d’érotisme fera son succès et permettra au magazine de devenir aux Etats-Unis un véritable fleuron novateur et original de la BD adulte. C’est cette même année que sortira le 1er calendrier Heavy Metal, encore légèrement influencé par Métal Hurlant puisqu’on y trouve Druillet en novembre et Moebius en décembre.
Pour la petite histoire, il faut savoir que l’année 1979 a été un moment pivot pour le magazine Heavy Metal, celui dans lequel s’esquisse la dimension américaine de la revue. Heavy Metal est alors à son point haut de 200.000 acheteurs mensuels, qui ne sera dépassé que dans l’année suivant la sortie du film.
 
Couverture : Planet Busters © Richard Corben
Janvier : Cheers © James Cherry
Février : Bounty Hunter © Joe Jusko
Mars : Our Lady of the Situations © Tom Barber
Avril : The Green Dream © Claveloux
Mai : Robot © Kelley and Mouse
Juin : Mobius Stars © Alex Nino
Juillet : The Season of the Witch © Clyde Caldwell
Août : Ayisha © Michael Wm. Kaluta
Septembre : Afternoon at the Circus © Matthew Quayle
Octobre : Shock 1 © George Smith
Novembre : Brown Sugar © Philippe Druillet
Décembre : Slumming © Moebius
 
ISBN 930368339
 
  1. Années 70
  2. Années 90
  3. Années 00
  4. Années 10
Heavy Metal 1979
Heavy Metal 1995 Heavy Metal 1996 Heavy Metal 1997 Heavy Metal 1998 Heavy Metal 1999 S. Bisley
Heavy Metal 2000 Heavy Metal 2002 S. Bisley Heavy Metal 2003 Heavy Metal 2003 Azpiri Heavy Metal 2004 S. Bisley Heavy Metal 2005 G. Hildebrandt Heavy Metal 2006 L. Sperlonga Heavy Metal 2006 J. Zeleznik Heavy Metal 2007 Heavy Metal 2008 Heavy Metal 2008 K. Kelly Heavy Metal 2008 S. Bisley Heavy Metal 2009 A. Sestayo
Heavy Metal 2010 M. Delon Heavy Metal 2010 S. Bisley Heavy Metal 2011 L. Sperlonga Heavy Metal 2011 J. Zeleznik
 
Partager :